Nos documents sur la toponymie

vignette
picto
Ville de Saint-Brieuc
Saint-Brieuc agglomération 1942. Trois plans d'ensemble similaires couleur. Emplacement des bâtiments publics et religieux, indications des rues, places, lieux-dits, hameaux. Tracé des courbes de niveaux.

Par : Archives municipales de Sa

vignette
picto
Eclairage public
Compagnie Le Bon : installation de lampes au rond-point Rochard et aux rues Curie, Paul Bert, Devoir, Coetlogon, Pascal, Descartes, Maréchal, Foch, Cuverville, Le Bras, Liberté, Bd Waldeck-Rousseau, Pasteur, Hérault, Thiers, Lamartine, Gambetta, place du Théâtre, chemin du Coucou et de Belle-Isle, lieu-dit du Vau Meno, lotissement Boutier, quartier des Villages

Par : Archives municipales de Sa

vignette
picto
Plan de la ville de Saint-Brieuc
Ville de Saint-Brieuc, plan d'ensemble 1938. Sections cadastrales. Limitrophe des communes de Ploufragan, Plérin, Langueux. Indications des lieux-dits, hameaux au sud, à l'ouest (route de Brest). Port du Légué, ensemble du bourg de Cesson. Figure directionnelle. Etude définie par une teinte et par un tracé hachuré de quelques quartiers.

Par : Archives municipales de Sa

vignette
picto
Cadastre de 1847
Cadastre de 1847. Extrait de la section B et C, lieu-dit 'la Brèche aux Cornes' chemin du moulin de Toupin à Cesson et chemin de la Ville Ginglin.

Par : Archives municipales de Sa

vignette
picto
Maison dite chalet Houdshorn, 53 rue de la chapell
Maison de plan rectangulaire régulier, construit sur un sous-sol, réalisé en moellons de schiste, avec un étage de soubassement, sous comble à surcroît, disposant de nombreuses ouvertures. Une petite terrasse couverte sur pilotis prolonge la maison. Le bâtiment construit à l'origine en bois, est aujourd'hui recouvert de plaques de ciment. L'ensemble a été remanié.Ce chalet a été construit vers 1938 par un ressortissant canadien, installé à Etables, Mr Houdshorn, qui souhaitait réaliser un lotissement de chalets en bois à l'emplacement du lieu dit "La Colombière", un site dominant la plage du Moulin. La déclaration de la guerre mit fin à son projet.
Auteur(s) du descriptif : Prigent Guy

Par : L'inventaire du patrimoine

vignette
picto
« Recueil historique et curieux du premier état, c
- Le folio 341 est un peu moins haut que les autres. Le folio 352 est plus grand et replié en bas et sur le côté. La plupart des chapitres sont séparés les uns des autres par un ou plusieurs feuillets blancs, au nombre de 84 pour tout le volume - C'est une première rédaction de la compilation connue sous le nom de Manuscrit de Languedoc, donnée dans sa forme définitive, telle qu'elle fut arrêtée en 1724, sous le no suivant (Ms 0486) - Le titre ci-dessus est au fol. 77 du présent recueil. On trouve auparavant : 1 o. Fol. 1-19. « Table (alphabétique) des matières contenues en ce livre... » 2 o. Fol. 23-48. Une sorte d'introduction, résumant l'histoire générale de la province. Cette introduction comprend : « Origine des Bretons en l'Armorique », avec la série des ducs jusqu'à la mort de François IV, dauphin de France, en 1536 ; noms des gouverneurs de Bretagne depuis l'union à la couronne ; « état de l'Église », et « état civil », c'est-à-dire notions sur le parlement et ses usages. On lit, au fol. 48 vo : « Fin de ce que dessus, pour l'instruction de ce qui existe en 1746. » Cette note (et peut-être l'introduction qu'elle termine ?) ne saurait être de Gilles de Languedoc, mort en 1731 - 3 o. Fol. 49-70. « Histoire de Notre-Dame des Miracles, honorée à Rennes en l'église St Sauveur », contenant le « Récit véritable du miracle arrivé à Rennes, en ce lieu, l'an mil trois cent quarante cinq » La compilation tirée des archives commence au fol. 77. Elle contient, dans un ordre un peu différent et souvent assez confus, les mêmes matières que le no suivant. Début (fol. 77) : « Première enceinte de la ville. Il s'apprend du plus ancien des comptes des revenus de la ville de Rennes qui se trouvent dans ses archives, que ce qu'il y avoit de laditte ville fermé de murailles... ». Fin : « Adjudication de 75 livres pour tout port de lettres et paquets. (Suit l'arrêt de règlement du 18 octobre 1701 sur cet objet.)... Conclut à la fin de l'an 1701. » Signé : « De Languedoc, greffier. » - Dans ce manuscrit se trouve un petit cahier indépendant, de 7 feuillets, mesurant 213 sur 165 millim., et contenant une table raisonnée des principaux articles du recueil. On y indique à part les « parties à voir », les autres parties étant déclarées « inutiles à voir ». Le rédacteur attribue à Languedoc le chapitre sur l'origine des Bretons. Il ignore la rédaction de 1724, où ce chapitre ne figure plus. Il s'exprime ainsi : « Instruction sur cette table. Ce registre est une copie du recueil qu'avoit fait M. Languedoc de l'état de la communauté de la ville de Rennes dont il étoit greffier... Tout ce qui a été dit sur l'origine des Bretons depuis la page 1 à 23 (actuellement fol. 23 à 34) est plein d'erreurs. Il faut voir sur cela l'histoire de Bretagne... » (L'Histoire de Bretagne de D. Lobineau avait paru en 1707) - Ancienne cote : 15673 (série des imprimés de la Bibliothèque de Rennes) - Numérisation : Azentis - 2014. Mode d'acquisition par la bibliothèque : confiscations révolutionnaires (1792)

Par : Les tablettes rennaises

vignette
picto
Sevenadurioù , Bretagne Culture Diversité (VFR) -
Dans cet épisode, Philippe LANOE et Mikaël LE BIHANNIC, de Bretagne Culture Diversité, se penche sur l'épineuse question des noms de lieux en Bretagne avec leur invité, Serge LE BOZEC.

Par : Radiobreizh

vignette
picto
Quelques mots sur le lieu-dit Trez-Goarem en Esqui

Par : Gallica

vignette
picto
[Environs de Quimper] / [Antoine de la Hubaudière]
Carte des environs de Quimper, figurant les reliefs et tous les lieux-dits ainsi que les constructions existantes.

Par : Médiathèques de Quimper Br

vignette
picto
Commentaire de la chanteuse sur 'Distro an den arm
Enregistré au lieu dit Méné Drégan.

Par : Dastum

vignette
picto
Jaka Dit Jay Cyril Man
Invité de dernière minute, Jaka Dit Jay Cyril Man ne sont pas des inconnus pour tous les habitués du Chantier, haut lieu rennais des musiques dansantes, où ils sont Dj's résidents. Leur spécialité ? Le groove sous toutes es formes avec une prédilection pour la soul et le funk late 60's / early 70's made in Harlem. On s'en réjouit d'avance.

Par : Association Trans Musicale

vignette
picto
Conversation portant sur la chanson traditionnelle
Enregistré au lieu dit Méné Drégan.

Par : Dastum

vignette
picto
[Carte des environs de l'Île Tudy et de Sainte-Mar
Echelle de deux centimètres par mètre. Plan, manuscrit sans titre, de coupe transversal de la levée située au lieu-dit Le Treustel sur la commune de Combrit, de Jean-Marie de Silguy, en 1816 (à rapprocher du plan général Fi 48).

Par : Médiathèques de Quimper Br

vignette
picto
Travaux d'agrandissement et inauguration au Sanato
Sur les terres de la réserve départementale, l'on voit un panneau qui l'indique. Il est interdit de camper. Cependant ce sera le lieu choisi pour l'agrandissement du centre de rééducation fonctionnelle, dit sanatorium de Trestel. Les batiments originaux datent de 1936. Les travaux débutent par un remblai. Pose de la première pierre avec la venue des personnalités locales dont M. René Pleven. Ce sera l'occasion d'un buffet en extérieur où se croisent personnalités, infirmières et maçons qui travaillent sur le site. Travaux en octobre 1958. 19 Novembre 1958. l'avancement des travaux en Mars et Mai 1959. Les travaux de couverture des batiments. Juin 1959, visite des travaux (couleur) ; octobre 1959, suite des travaux. Inauguration, visite du lieux et discours des personnalités, dont M. René Pléven, ancien ministre et alors président du Conseil général des Côtes-du-Nord (N/B et couleur).

Par : Cinémathèque de Bretagne

vignette
picto
Joutes nautiques sur la Vilaine
Promenade en famille à la campagne, ponctuée de pitreries. Courte séquence de portraits dans le centre de Rennes. Portrait d'un jeune homme, figé et portant un brassard, autour duquel tourne un autre homme. Joutes nautiques sur la Vilaine au lieu-dit La Courbe. Promenade à la Roche aux Fées. Une communion à Saint-Erblon. Scènes de famille à l'écluse de la Courbe-sur-Vilaine : jeux, natation, plongeons.

Par : Cinémathèque de Bretagne

vignette
picto
Documents envoyés par Mari Salou habitant à Plouda
Envoi composé de feuilles à petits carreaux pliées et reliées par une couture, qui contient 11 chansons et ensembles de devinettes soigneusement écrits par Mari Salou, habitant le lieu-dit du Leuré en Ploudaniel, pour le concours du Barzaz Bro-Leon. L'envoi n'est pas daté, mais on sait grâce aux résultats du concours qu'il a été adressé en 1907 : cette année-là en effet, Marie Salou obtient le 5e prix.

Par : CRBC

vignette
picto
Sevenadurioù , Bretagne Culture Diversité (VFR) -
Ce mois-ci, nous vous proposons un voyage à la découverte d'un élément emblématique de notre patrimoine culturel : l'eau. Lena Gourmelen, historienne et animatrice à la Maison du Patrimoine de Locarn et auteure d'un dossier intitulé "Les chemins de l'eau" paru dans la revue Kreiz Breizh en 2001 est notre invitée. L'eau est abondante en Bretagne. On lui doit d'avoir marqué durablement le paysage et la toponymie : en breton, il y a quantité de façons pour désigner l'eau, que l'on retrouve dans les noms de lieux : "dour", "feunteun", "stivell", "gwaz", "lenn", "poull", "loh", ... Au chapitre des croyances et légendes, nous mettons en valeur un document de collectage conservé par Dastum et réalisé par Hervé Dréan à Marzan où il est question de la légende des lavandières de nuit. Mais attention, qu'il s'agisse d'eau de fontaine, de lavoir, de source ou de pluie, les croyances et superstitions ne sont pas les mêmes ! C'est ce que nous découvrirons à travers la pratique magique autour de la rosée du 1er mai relatée par Christophe Auray. L'eau, c'est aussi un moyen de transport. A Pontivy, nous larguerons les amarres avec la péniche La Duchesse Anne, direction le chantier d'Apigné près de Rennes pour un contrôle technique, un voyage qui a aussi pour but de donner du sens au canal de Nantes à Brest et de faire revivre le métier et les souvenirs des anciens mariniers. Dans la rubrique actu de BCD, la présentation de Sonerion (ex-Bodadeg ar Sonerion), l'assemblée des sonneurs, par Michel Toutous et un retour sur la publication des actes du colloque "Minorités et mondialisation".

Par : Radiobreizh

vignette
picto
Usine de Montoir 1963
Construction de l'usine de produits chimiques et d'azote, suite des travaux, de janvier à août 1963. Montoir de Bretagne, site de l’usine de la Grande Paroisse, lieu dit Le Barillais. Infrastructure, charpente métallique, cuve, gel. Usine en construction, essais, conduite de gaz, train avec locomotive, bitumage du site, peintres. 404 Peugeot, machines, turbines, rouages, terrassement, wagon de la Compagnie bordelaise de transport d’ammoniac liquéfié, chargé d’ammoniac. Mise en place de tôle, usine de construction, cuves, lignes à haute tension électriques (un homme travaille dessus). Téléphone, manomètre, transformateur 63/5.5 KU n°3 : défense d’entrer, danger de mort. Peintres, maçons coulant du béton dans un coffrage, soudeurs. Fascicule « ne restez pas aveugle et sourd aux conseils de sécurité, la Sécurité en images ». Un homme en costume parle aux ouvriers.

Par : Cinémathèque de Bretagne

vignette
picto
Rue Desgrées du Lou
Rue rectiligne longée par deux immeubles des années 30-40 côtés ouest et est. De l'autre côté du boulevard de la Paix, la rue est bordée par l'élévation postérieure des n°5 et 7 avenue saint-Symphorien.La création de la rue Desgrées du Lou fait partie du projet d'exécution plus vaste, créé pour désenclaver les faubourgs médiévaux, des rues reliant l'avenue Saint-Symphorien à l'avenue Victor Hugo (rue du 116ème régiment et rue Desgrées du Lou) et à la place Saint-Nicolas (rue Maury). Ce projet démarre en 1923.Par arrêté en date du 12 octobre 1923, le préfet classe une rue nouvelle entre la place St Nicolas et la rue Olivier de Clisson avec raccordement à l'avenue Victor Hugo. Cette nouvelle voie doit être en partie établie sur la portion du domaine dit "de la Retraite" qui se trouve au nord de la rue de la Coutume et qui vient d'être acquise par la société Bernheim frères et fils (siège social à Paris). Le conseil municipal donne pouvoir au maire le 4 octobre 1924 pour négocier auprès de la société Bernheim l'acquisition des terrains de la Retraite au prix de 5 frs le mètre carré sous réserve d'établir sur les emprises un chemin permettant au moins le passage des voitures dans un délai n'atteignant pas deux ans. La vente a lieu le 11 janvier 1926.Du fait de l'ouverture du boulevard de la Paix, la rue Desgrées du Lou s'est vue amputée de sa presque totalité, à l'exception de deux immeubles liés à la place Lyautey. La construction de la cité administrative en lieu et place du chantier Ducroquret a accentué son "non-état".
Auteur(s) du descriptif : Toscer Catherine ; Lainé Claire

Par : L'inventaire du patrimoine

vignette
picto
Boîte à poudre d'un pierrier. Pièce d'artillerie
En fer ou en alliage de fer, cette pièce présente un corps cylindrique et concave, surmonté d'une anse. Présente un orifice.. Longtemps considéré comme étant l'un des canons du Grannec indiqués par le chanoine Moreau dans ses mémoires sur les guerres de la Ligue, cet élément est en réalité une boîte à poudre permettant le fonctionnement de petites pièces d'artillerie appelées pierriers. Trois éléments semblables ont été retrouvés lors des travaux de construction en 1844 des bâtiments d'habitation et de ferme sur l'emplacement de l'ancienne forteresse du Grannec (remparts, 4 tourelles, entourant un manoir ; au centre du logis, une haute tour armée de 5 ou 6 petits canons). Cette forteresse est connue pour avoir abrité quelques mois le célèbre brigand Guy Eder de Beaumanoir, dit La Fontenelle et ses soudards. Le manoir fut brûlé en 1593 ou 1594 et les fortifications sont démolies quelques années plus tard sur ordre du roi. Alors que deux autres boîtes à poudre sont conservées dans une collection privée, la troisième a été offerte au Musée départemental par la comtesse Emilie Françoise Angèle Du Laz vers 1860, alors propriétaire des lieux. [Jean Guichoux, "La forteresse éphémère du Grannec à Landeleau", in "Kaier ar Poher", n°59, janvier 2018]

Par : Musée départemental breton

vignette
picto
L'oiselet. Image populaire. Estampe
Histoire de "L'Oiselet", illustrée par neuf images. Sur la première vignette, un homme dans le jardin de son chateau (terrain avec rivière). Sur la deuxième vignette, l'homme est assis sur un banc, dans son verger, et admire un oiseau multicolore, posé sur une branche. Sur la troisième vignette, l'homme tend son bras afin que l'oiseau vienne s'y poser mais il s'enfuit en parlant, laissant le propriétaire du domaine ébahi. Sur la quatrième vignette, l'homme récupère l'animal dans le filet qu'il avait tendu la veille. Sur la cinquième vignette, l'oiseau est retenu par l'homme qui désire qu'il chante. Sur la sixième vignette, l'homme montre à l'oiseau la cage qu'il lui a fait construire. L'oiseau, qui ne veut pas être enfermé propose de dévoiler à l'homme, trois secrets qui feront de lui le plus riche des hommes. L'homme, sans réfléchir, relâche aussitôt l'oiseau. Sur la septième vignette, l'homme attend au pied de l'arbre où s'est posé l'animal qu'on lui révèle les fameux secrets. L'oiseau lui répond qu'il ne faut pas toujours croire ce qu'on dit. Sur la huitième vignette, l'homme essaye d'attraper l'oiseau qui prend aussitôt son envol. Sur la neuvième vignette, l'homme contemple l'étendue des désastres. Dès que l'oiseau s'en alla, la beauté du lieu s'envola avec lui (rivière à sec, fruits pourris... ) pour toujours.

Par : Musée départemental breton

vignette
picto
43èmes Rencontres Trans Musicales de Rennes
43ES RENCONTRES TRANS MUSICALESINTENSITÉS MAXIMALES ! Chaque fin d’année, les Trans Musicales sont cette parenthèse miraculeuse, cette sorte d’utopie réalisée où la rencontre entre les musicien·ne·s du monde entier et les personnes venues les découvrir donne lieu à une célébration joyeuse de la découverte artistique et des émotions si particulières qu’elle véhicule. C’est pourquoi nous sommes tellement impatient·e·s de vous y retrouver. Préparer une édition des Trans Musicales, cela revient pour nous à imaginer un espace-temps où les personnes pourront se sentir aussi vivantes, aussi libres, aussi pensantes, aussi sensibles, aussi dansantes, aussi ensemble, aussi... déconfinées que possible ! Il s’agit aussi de faire notre maximum pour que, une fois encore, l’attention que nous accordons aux personnes sur scène et à celles qui les écoutent et les regardent (souvent pour la toute première fois) nourrisse l’incomparable énergie qui portera la rencontre artistes-publics au plus haut point d’incandescence. Face à l’expression des artistes, à leurs créations dont chacune et chacun d’entre nous devient la vibrante caisse de résonance, nous voilà collectivement visité·e·s par leurs univers, traversé·e·s par leurs émotions, interpellé·e·s par leurs revendications, enthousiasmé·e·s par leurs prestations. Aux Trans Musicales, au-delà de se divertir, on va aussi ressentir, réfléchir, partager, mélanger, voyager. On va entrer de plain-pied dans le monde pour mieux laisser le monde entrer en nous. Un monde dont les frontières sont temporairement dépassées pour venir percuter en profondeur ce qu’on a en commun. Les Trans Musicales, c’est l’humain augmenté, bonifié, intensifié !
Et de tout cela, nous avons été bien privé·e·s. Pour notre plus grand bonheur, la 43e édition du festival sera bientôt l’occasion d’en faire à nouveau l’expérience. Impatience, on vous dit... L'équipe des Trans

Par : Association Trans Musicale

vignette
picto
Exploitations ostréicoles sur la commune de Lézard
Jusqu'au 4ème quart du 20ème siècle : installations à terre : hangars et maisons d'habitations au bord de l'estuaire, parcs à huîtres sur l'estran. Les parcs sont aujourd'hui situés en aval de l'estuaire, au Sud-Ouest de l'Île à Bois et en amont, dans le Lédano. Les seules installations à terre concernent un hangar à la Pointe de l'Armor (anciens bâtiments Mahéo) et au lieu dit 'Le Passage' à Pleudaniel..Les gisements sauvage d'huîtres plates naturelles de l'estuaire du Trieux étaient florissantes pendant la période de l'Empire. Ces gisements naturels se trouvaient en particulier en amont du Trieux, sur les sites de la Pointe de l'Armor, du Lédano (Lancerf), de Toull an Houillet et au pied du château de la Roche-Jagu. Ils ont été décimés par les différentes et successives épizooties, malgré les nombreuses tentatives d'élevage. Les premières cultures de cette huître plate ont été initiées à la fin du 19ème siècle et au début du 20ème siècle par madame Annette Guézennec, associée au député Armez et à un ostréiculteur d'Arcachon. Puis les parcs furent abandonnés avant d'être repris juste après le seconde guerre mondiale par la famille Mahéo.Cette nouvelle entreprise a développé de façon intensive et innovante les méthodes à la fois de production et de commercialisation de l'huître, élevée au sol et/ou dans des poches sur tables, avec des installations à terre pour la manutention et la sélection du produit.Une seconde entreprise Libouban, tenue par les soeurs Libouban, s'est installée au début des années 1950 à la Roche Noire, suite à un partage de parcs avec la famille Rouzic de Lanmodez. A la fin des années 1990, cette entreprise s'est arrêtée. Des ostréiculteurs charentais ont pris la suite mais ne disposent pas de bâtiment à terre. Leurs chalands leur servent d'atelier flottant sur le site du Moulin Mer.L'huître creuse japonaise a remplacé progressivement l'huître indigène 'Ostrea Edulis' et l'huître portugaise, dans les années 1980.Ces deux entreprises ont aujourd'hui disparu, remplacées par des ostréiculteurs originaires de Charente Maritime. Cependant, les concessions sur le DPM sur les sites de la Roche Noire et de la Pointe de l'Armor ont été en partie rendues à l'Administration des Affaires maritimes.De nouveaux sites ostréicoles ont été concédés en aval et en amont de l'estuaire.
Auteur(s) du descriptif : Prigent Guy

Par : L'inventaire du patrimoine

vignette
picto
Quais et cales de Locquémeau
La première cale, dite cale haute était longue de 45 mètres ; isolée du rivage, elle fut prolongée sur 69 m, pour atteindre une longueur totale de 114 m pour une largeur en crête de 2 m. Construite en pierres sèches, couronnement et parement accostables, hourdis au mortier (ciment de Portland) sur une épaisseur de 0, 40 m. Un escalier de raccord entre les deux ouvrages fut réalisé par la suite : entre l'ouvrage exhaussé et la partie aval.La deuxième cale, dite cale basse ou inférieure mesurait 51, 15 m pour une hauteur comprise entre 2, 18 m et 2, 39 m et une largeur de 2 m, pour une construction en moellons bruts.En 1931, les dispositions concernant l'allongement de la cale basse (qui se terminerait par un escalier de descente à la grève) donnaient les indications suivantes :Constituer les parois par une maçonnerie de pierres artificielles en béton ordinaire, confectionnées d'avance avec un dosage de 4 volumes de pierres cassées pour 3 volumes de mortier à 500 kg de ciment par m3 de sable, comme le préconise le système des phares et balises (coffrage en béton). Les parois longitudinales seront reliées tous les 10 m par un mur de refend en béton. La cale basse fut donc rallongée de 80 m et la cale haute fut exhaussée sur les 75 m de sa partie amont (AD 22, S, Suppl. Art. 166).Réclamée par la commune de Trédrez, relayée par le Conseil général, le premier plan de la cale débarcadère à la pointe de Quignard fut dessinée en avril 1872 et la cale réalisée par l'entreprise Kerguenou en décembre de la même année. Cette cale dite supérieure fut rallongée en 1875-1876 et la cale basse construite dans le même temps (par l'entreprise Le Rumeur de Lannion), avec les rochers déroctés de l'ancienne pêcherie (cale située entre la pointe de Séhar et le plateau de Kinierbel). La réception des travaux eu lieu en août 1876. Cependant, cet équipement ne suffisait pas à l'extension du commerce portuaire, depuis la construction de la friterie de Huon de Penanster (1880) et l'accostage de caboteurs de plus fort tonnage (60 tonneaux), pour livrer la rogue, le sel, le bois pour la fabrication des barils de sardines, et leur exportation. Les bateaux ne pouvaient se tenir à quai, en raison du peu d'élévation de la cale. D'autre-part, le port de Locquémeau représentait un port de débarquement tant pour les opérations de mareyage des bateaux de la baie de Lannion que pour l'exportation des produits agricoles, où il était concurrencé par les ports de Toul an Héry et de Lannion.D'autre-part, les deux cales submersibles n'étaient pas accessibles aux grandes marées, malgré leur prolongement. Le Conseil général demanda l'exhaussement de la cale de Quignard de 1, 50 m à 2 m sur une longueur de 50 m, en argumentant sur la fréquentation du port : 40 bateaux pêchent le maquereau à partir du mois d'avril, puis la sardine (la plus importante des pêches). Les bateaux sardiniers sont de Locquémeau mais viennent aussi de Trébeurden et de Lannion, et depuis deux ans, une trentaine de bateaux de Douarnenez approvisionnent l'usine de M° Huon. Huon de Penanster, ancien député et conseiller général de Plestin-Les-Grèves se joignit à cette demande de cale insubmersible, qui ménageait ses propres intérêts, mais le voeu du Conseil général ne fut pas exhaussé. Considérant ce projet comme une affaire d'abord privée, reposant sur des intérêts particuliers (et nécessitant une dépense trop élevée) et doutant du développement du port pour le commerce des produits agricoles, les Ponts et Chaussées refusèrent la réalisation des plans dessinés par l'ingénieur Lasne.En 1920, les marins-pêcheurs, soutenus par le maire de Trédrez Le Levier, renouvelèrent leur demande de prolongement de la cale basse et d'élargissement de la cale haute. Le port accueillait alors 35 bateaux à l'année, qui pratiquaient la pêche à la sardine pendant 5 mois, recevait des engrais marins et exportait les pommes de terre primeurs de la "Ceinture dorée" du Trégor. Cette demande aurait pu entrer dans le cadre du programme d'amélioration des petits ports de pêche du département (1931), avec une participation du Conseil général égale à la moitié de la contribution demandée à la commune. La commune avait consenti à fournir à l'entreprise le sable et les moellons ; cependant cette contribution financière lui était encore trop élevée. L'Etat refus le projet. Il fallut attendre les années 1930-31 pour que soit enfin effectif l'allongement de la cale basse sur 80 m de long (jusqu'aux plus basses mer d'équinoxe), l'allongement de 74 m de la cale haute et son exhaussement (+ 4, 20 m), avec un niveau un peu inférieur à la mi-marée, pour pouvoir accoster aux basses de mer de vive-eau (2 escaliers furent rajoutés et 6 boucles d'amarrage scellées) . La dépense fut partagée entre d'une part l'Etat et d'autre-part le Conseil général et la commune, à hauteur de 50 %. Les travaux furent exécutées par l'entreprise Jean Martin de Lannion en 1933.La grande cale, accessible des deux côtés, fut élargie en 1947, pour faciliter le débarquement du poisson, et surélevé en 1994. De nuit, un phare à feu rouge fixe fut construit sur la petite cale, ainsi qu'un deuxième intermittent sur la côte.
Auteur(s) du descriptif : Prigent Guy

Par : L'inventaire du patrimoine

vignette
picto
"Libertad", Tahiti...
10 juillet 1970, "Libertad", côte volcanique. Appareillage du trois mâts carré école chilien "Libertad" qui sort de la rade de Nouméa, vues du poste de commandement, la trainée du bateau, DP bateau. Mission catholique, arrivée pirogue à moteur. Indigènes lavant dans un cour d'eau. Vues des habitations wallisiennes avec la population locale.14 aout 70, Vanikoro, M. Lapérouse. 29 août 1970, Tahiti, voilier à balancier. Vues nocturnes et de jours de l'île Salomon (plage et végétations) puis vues aérienne de l'île. M.Bellec et sa femme faisant du ski nautique puis joueuses de cricket à Nouméa. Complément : 1/ Danses kanakes dans les environs de Nouméa. 1970. Dans le lointain, le massif du Humboldt. L'aspect folklorique n'est qu'apparent. Les femmes sont en « robes mission » imposée naguère par les pasteurs protestants britanniques dans tout le Pacifique, aux couleurs de la collectivité, et les tenues conviviales des hommes témoignent du caractère populaire de ces danses traditionnelles. (Dites Pilou, une grande fête étant un pilou-pilou) 2/ Préparation du bounia, au four kanak creusé dans le sol. Cuisson à l'étouffée de viande ou de poisson, d'ignames et de lait de coco en papillotes de feuilles de bananier, sous un lit de pierres chauffées au feu. Cela se pratique dans tout le Pacifique sous des noms divers. 3/ Bounia à Vao (île des Pins ou Kunié) à la pointe sud-est de la Nouvelle Calédonie. Pilou sur fond de pins colonnaires. 4/ Appareillage du trois mâts carré école chilien (sauf erreur) Libertad sortant de la rade de Nouméa 1970 sous voiles d'étai, perruches et cacatois. 5/ Le patrouilleur La Dunkerquoise mouillée en baie de Hienghène sur la côte est de la Province Nord de la Nouvelle Calédonie. 6/ Un matelot kanak. Chaque stationnaire de la Nouvelle Calédonie en avait deux ou trois, ce qui était bien utile pour les contacts avec les autorités mélanésiennes (Grands Chefs et Petits Chefs), et pour améliorer l'ordinaire en poissons et en coquillages préparés selon les coutumes calédoniennes. 7/ Le rocher de la « Poule couveuse ». Appareillage et mission sur la côte est. 1970. 8/ Mouillage à Vaitupu (île d'Uvéa) à Wallis, (TOM) 1970 avec la cathédrale au fond, dans laquelle se dit chaque dimanche une messe assez remarquable dont les chants sont adaptés à la musique maori. 9/ Les cochons noirs sont endémiques dans le Pacifique. Habitations wallisiennes. Wallis et Futuna étaient le point le plus oriental de la zone d'opérations des stationnaires de la Nouvelle Calédonie, avec les Tonga, Suva aux îles Fidji où nous allions périodiquement passer sur un slipway pour caréner (les tarets étaient redoutables pour nos coques en bois), les Nouvelles Hébrides (Vanuatu, alors condominium franco-britannique), et à l'ouest l'Australie. On appelait à cette époque Wallis - je ne sais pas si c'est encore vrai - « l'île des Femmes », parce que les hommes partaient tous travailler aux îles Fidji ou aux Nouvelles Hébrides. Une grave menace pesait alors sur les cocoteraies et donc sur la production de coprah et toute l'économie de la région : l'orycte rhinoceros, un très gros scarabée, boulottait les pousses fraîches des têtes des cocotiers, les condamnant à terme à se transformer en poteau électrique. Le spectacle des cocoteraies dévastées était impressionnant. Pour éviter d'imposer une désinsectisation et une quarantaine aux navires, ce qui aurait rendue impossible la vie des îles, et parce que l'orycte ne vole que la nuit et que son rayon d'action est limité à quelques centaines de mètres, nous devions dans toutes les îles du Pacifique ouest appareiller chaque soir avant le coucher du soleil, mouiller à quelques encablures, et revenir à quai le lendemain matin, pour que nos oryctes parasites éventuels se crashent avant d'avoir atteint la terre. 10/ Probablement à Espiritu Santo (Nouvelles Hébrides- Vanuatu) 1970. Un enfant met à l'eau sa pirogue à voiles. 11/ Mouillage, vue de côte sans doute toujours aux Nouvelles Hébrides, aux Torres ou aux Banks, et rotations d'une pirogue à moteur hors bord amenant à bord des personnalités locales. 12/ Scènes de village et lavandières dans les mêmes parages. 13/ La Dunkerquoise en vue de Vanikoromin. 13 Vanikoro (îles Salomon) dans le prolongement nord du Vanuatu. 1970. 14/ Le Récif de l'Astrolabe. La Dunkerquoise avait franchi le récif de l'Astrolabe par la passe de Payou, et mouillé en face de l'emplacement du camp des naufragés après l'écrasement des frégates de Lapérouse sur le récif en 1788. 15/ On voit le monument érigé et entretenu par les stationnaires de Nouméa. Le premier cénotaphe avait été construit par Dumont d'Urville en 1826, peu après que l'anglais Peter Dillon, ait été guidé sur les lieux par un ensemble de faits et de dits concordants, et soit enfin parvenu à retrouver les traces de Lapérouse quarante ans après sa disparition. 16/ Emplacement du camp des Français. 17/ Vues diverses de la mangrove. 18/ Le mont Otemanu à Bora-Bora. (îles Sous le Vent) 1970. Ce film est particulièrement mauvais. 19/ Hibiscus.min. Des pièges-viviers à poissons. 20/ Une jeune îlienne pêchant. Départ d'une pirogue à voile. 21/ Papeete, 1970. Le front de mer où l'on aperçoit fugitivement le croiseur de Grasse, reconverti alors en bâtiment de commandement des essais nucléaires, avec une petite tour Eiffel portant des équipements spéciaux. 22/ Un plan sur le front de mer montre le Quinns, un bar célèbre à l'époque pour ses bagarres entre marins, légionnaires et Tahitiens, au point que la bière s'y délivrait dans des gobelets en carton, et que chaises et tables étaient vissées au sol. 23/ La pointe Vénus à Tahiti. Végétation diverse, tamaris, lataniers etc. Quelques détails du monument érigé à la Pointe Vénus aux explorateurs européens de Tahiti. 24/ Le monument érigé à Cook qui observa le 4 juin 1769 à cet endroit le passage de Vénus sur le soleil, but de son expédition scientifique, et qui a donné ce nom à la Pointe Vénus. 25/ Arbre à pain puis végétation. Ce film est en réalité la suite du film suivant. 26/ Récif et grève aux galets noirs, probablement en baie de Taravao dans le sud-est de Tahiti. A remarquer que les photographies touristiques de Tahiti sont prises en réalité à Mooréa, l'île soeur en face de Papeete, puisque Tahiti n'a pas de plages, mais des grèves de galets volcaniques, et au mieux des plages de sables noir. 27/ Frangipaniers 28/ Baie de Cook à Mooréa. 29/ Arrivée en avion à Bora-Boramin. Atterrissage sur la piste construite sur l'îlot (Motu) Ute, à la pointe nord du récif bordier.Vues de pirogue à voile, sur fond d'Otemanu, la montagne sacrée omniprésente.

Par : Cinémathèque de Bretagne

vignette
picto
Mandements, Lettres et Circulaires de Mgr Nouvel

Ce recueil contient les documents suivants :

Lettre du Vicaire Capitulaire, Annonçant le sacre de Dom Anselme NOUVEL, Évêque de Quimper et de Léon qui aura lieu au Monastère de Sainte-Marie de la Pierre-qui-Vire, le dimanche 4 février,
[30 janvier] 1872,

Lettre Pastorale N° 1 de Mgr l'Évêque de Quimper et de Léon à l'occasion de son entrée dans son Diocèse, Dom Anselme Nouvel, de l'ordre de Saint-Benoît, de la Congrégation du Mont-Cassin de la primitive Observance. Par la grâce de Dieu et du Saint-Siège apostolique, Évêque de Quimper et de Léon, au Clergé et aux Fidèles de Notre Diocèse, Salut et Bénédiction en Notre-Seigneur Jésus-Christ, [15 février] 1872, p. 14.

Lettre N° 2 de Mgr l'Évêque de Quimper et de Léon, annonçant qu'une Souscription nationale a été ouverte pour procurer la libération de la partie du territoire encore occupée par les troupes allemandes, [20 février) 1872,

Lettre N° 3 de Mgr l'Évêque de Quimper et de Léon, annonçant que le moment est venu de remplir une des plus importantes et des plus douces obligations de sa charge pastorale, en visitant les Églises du diocèse, à l'exemple du bon Pasteur, [12 mars] 1872, p. 3.

Avis : 1- autorisant MM. les Recteurs à se faire aider par les prêtres employés dans le diocèse et même par les ecclésiastiques des diocèses voisins, qui voudraient bien les seconder,

2- Nous exprimons le désir que l'on ne nous adresse pas de compliment à notre arrivée dans les paroisses,

3- Nous prions MM. les Recteurs de déposer dans la chambre que nous devons occuper, le registre des délibérations du Conseil de fabrique,

4- Nous recommandons, avec la plus vive instance, les oeuvres pour l'assistance de Notre Saint-Père le Pape.

Tableau de la Visite Pastorale et des Confirmations en 1872, [12 mars] 1872,

Lettre N° 4 de Mgr l'Évêque de Quimper et de Léon, exprimant que la Visite Pastorale qui vient de terminer laissera dans son esprit de doux souvenirs, [29 juin] 1872,

Lettre Pastorale N° 4 de Mgr l'Évêque de Quimper et de Léon, prescrivant les prières demandées par l'Assemblée nationale, pour appeler la bénédiction de Dieu sur ses travaux, [1er novembre] 1872, p. 7.

Lettre N° 5 de Mgr l'Évêque de Quimper et de Léon, annonçant le décès de l'abbé Évrand, Vicaire Général et le recommandant aux prières de tous les Fidèles, [16 décembre] 1872,

Mandement N° 5 de Mgr l'Évêque de Quimper et de Léon pour le Carême de 1873, [2 février] 1873, p. 16.

Lettre N° 6 de Mgr l'Évêque de Quimper et de Léon, annonçant la prochaine Visite Pastorale, désireux de connaître, le plus tôt possible, toutes les parties du Diocèse, [6 mars] 1873,

Tableau de la Visite Pastorale et des Confirmations de 1873, [6 mars] 1873,

Lettre N° 7 de Mgr l'Évêque de Quimper et de Léon, invoquant de nouvelles obligations qui sont imposées par les dangers qui menacent les Pasteurs et les brebis, un besoin de généreux efforts pour conserver la foi et les moeurs pures qui font encore l'ornement et la gloire de notre pays, [7 mars] 1873,

Lettre N° 8 de Mgr l'Évêque de Quimper et de Léon, évoquant la douce impression que le pèlerinage au sanctuaire vénéré de Notre-Dame du Folgoët avait laissé dans les esprits et dans les coeurs, rappelant aussi le Denier de Saint-Pierre, [23 juin] 1873, p.2.

Lettre de Pie IX, Pape, remerciant Mgr l'Évêque de Quimper et de Léon de sa lettre du [29 mai] par laquelle il annonce l'heureuse issue du pieux pèlerinage fait au sanctuaire de Notre-Dame du Folgoët, au milieu d'un concours immense de fidèles et avec les démonstrations de la plus grande piété, [14 juin] 1873, p. 4.

Lettre N°9 de Mgr l'Évêque de Quimper et de Léon, rappelle sa lettre pastorale du 7 mars dernier par laquelle il parlait des dangers qui menacent la foi et la vertu de ses pieuses populations. Il évoque aussi le bonheur des entretiens durant la Visite Pastorale, révélant la ferme volonté de réponde à la grâce conférée par l'imposition des mains.

Parlant aussi des deux retraites ecclésiastiques au Grand Séminaire de Quimper, des prochains examens des jeunes prêtres. Heureux de voir un grand nombre de Prêtres inscrits pour l'examen ordonnait conformément au décret du Concile de Rennes, [2 juillet] 1973, p. 4.

Lettre Pastorale de Mgr l'Évêque de Quimper et de Léon, prescrivant un triduum de prières publiques pour l'Église et pour la France, [2 août) 1873,

Lettre Pastorale de Mgr l'Évêque de Quimper et de Léon, prescrivant les prières demandées l'Assemblée nationale, cette dernière se réunissant dans peu de jours a une grande et par solennelle mission à remplir. Elle doit fonder les institutions qui serviront à la régénération morale et religieuse de la France, [24 octobre] 1873,

Lettre N° 14 de Mgr l'Évêque de Quimper et de Léon, annonçant que pour la 1ère fois, une élection à l'Assemblée nationale doit avoir lieu dans le département du Finistère, le dimanche 14 décembre prochain. Recommandant aux Curés l'exactitude de la population à se rendre aux assemblées électorales, [1er décembre] 1873,

Lettre N°15 de Mgr l'Évêque de Quimper et de Léon, qui annonce que l'Église d'Autun est dans le deuil. L'Évêque que la Bretagne lui avait donné il y a quelques mois, Mgr de Léseleuc de Kerouara vient de lui être enlevé par un de ces coups soudains de la mort. Il recommande son âme à la reconnaissance et à l'affection de chacun, [19 décembre] 1873,

Mandement N° 16 de Mgr l'Évêque de Quimper et de Léon, pour le Carême de 1874, [4 février] 1874, p. 14.

Tableau de la Visite Pastorale et des Confirmations de 1874,

Lettre Pastorale N° 17 de Mgr l'Évêque de Quimper et de Léon, concernant la réalisation d'une Église dédiée au Sacré-Coeur de Jésus à Paris. Ce monument qui s'élèvera dans la Capitale sera construit au nom de tous et dans l'intérêt de tous. Son Éminence le Cardinal-Archevêque de Paris s'est adressé à nous pour demander notre concours à cette oeuvre, c'est pourquoi, le moment nous semble venu de solliciter vos offrandes, [1er mai] 1874,

Lettre N°18 de Mgr l'Évêque de Quimper et de Léon, annonçant la fin de la Visite Pastorale, accueilli partout avec respect et avec amour comme celui qui vient au nom du Seigneur. Évoquant aussi la prochaine visite Ad Limina Apostolorum qui se fera après les retraites ecclésiastiques et les examens des jeunes prêtres au Grand Séminaire de Quimper, [29 juin] 1874,

Lettre Pastorale N° 19 de Mgr l'Évêque de Quimper et de Léon, prescrivant les prières demandées par l'Assemblée nationale, [18 novembre] 1874,

Mandement N° 20 de Mgr l'Évêque de Quimper et de Léon, pour la publication du Jubilé accordée par Notre Saint-Père, le Pape Pie IX et pour le Saint Temps du Carême de l'année 1875,[18 janvier] 1875, p. 12.

Lettre encyclique du Saint-Père, le Pape Pie IX, [24 décembre] 1874 p. 12-20.

Lettre Pastorale N° 21 de Mgr l'Évêque de Quimper et de Léon, au Clergé du Diocèse à l'occasion du Jubilé. Il évoque la lettre encyclique du Saint-Père qui a accordé l'Indulgence plénière du Jubilé à tous les fidèles de monde catholique, p. 5.

Lettre du Saint-Père, le Pape Pie IX, p. 1-16.

Tableau de la Visite Pastorale et des Confirmations pour 1875 [18 janvier] 1875,

Lettre N° 21 de Mgr l'Évêque de Quimper et de Léon, évoquant le mandement pour le Carême de 1852 : Monseigneur Graveran, de douce et heureuse mémoire, plaça sous la protection miséricordieuse du Sacré-Coeur de Jésus, le Diocèse de Quimper et de Léon et lui consacra solennellement le peuple de Quimper et de Léon. Désormais nous offrirons nos hommages et nous nous consacrerons au divin Coeur de Jésus dans une prière que, dans toutes les langues de la terre et sous tous le climats, les enfants de la Sainte Église Catholique adresseront au ciel, affirmant ainsi l'unité de leur foi et l'unanimité de leur amour pour Notre Seigneur Jésus-Christ. Cette prière, nous la réciterons tous, au pied des saints autels, le 16 juin prochain, [19 mai] 1875,

Decretum p. 4.

Acte de Consécration au Sacré Coeur de Jésus approuvé par décret de la S. Congrégation des Rites du [22 avril] 1875,

Lettre N° 22 de Mgr l'Évêque de Quimper et de Léon, évoquant les fruits admirables de sanctification que produisent les missions et retraites données dans les différentes paroisses du Diocèse pour procurer aux fidèles la grâce du Jubilé. Il annonce également les dates des prochaines retraites ecclésiastiques et les dates des examens des jeunes Prêtres qui auront lieu cette année au Grand Séminaire de Quimper, [22 juin] 1875,

Lettre N° 23 de Mgr l'Évêque de Quimper et de Léon, provenant du Monastère de Sainte-Marie de la Pierre-qui-Vire où il s'est retiré pour une retraite, qu'il évoque les malheurs et les désolations de plusieurs départements du Sud-Ouest de la France, ravagés par les inondations. Il fait appel à la charité Catholique et sollicite l'aumône des Chrétiens, (une quête aura lieu le plus tôt possible aux offices du dimanche dans toutes les Églises du Diocèse), [4 juillet] 1875,

Lettre Pastorale N° 24 de Mgr l'Évêque de Quimper et de Léon, prescrivant les prières demandées par l'Assemblée nationale (au moment où celle-ci reprend ses séances, [21 octobre] 1875,

Mandement et Lettre Pastorale N° 25 de Mgr l'Évêque de Quimper et de Léon, pour le Saint Temps du carême de l'année 1876, [15 février] 1876, p. 1-17.

Tableau de la Visite Pastorale et des Confirmations pour 1876, [15 février] 1876,

Lettre Pastorale N° 26 de Mgr l'Évêque de Quimper et de Léon, prescrivant des prières demandées par l'Assemblée nationale. Il rappelle que dans la Loi du 16 juillet dernier, une circulaire de M. le Ministre de l'Instruction publique et des Cultes, l'Assemblée nationale a demandé que chaque année, le Dimanche qui suivrait la rentrée du Sénat et de la Chambre des Députés, des prières publiques fussent adressées à Dieu dans toutes les Églises. [27 février] 1876,

Lettre N° 27 de Mgr l'Évêque de Quimper et de Léon, transmettant avec bonheur la bénédiction Apostolique de notre bien-aimé Pontife (après lui avoir fait connaître le zèle vraiment sacerdotal de son Clergé l'année dernière, [29 mars] 1876,

Lettre du Saint-Père, Pie IV,

Lettre N° 28 de Mgr l'Évêque de Quimper et de Léon, invitant le plus grand nombre de Prêtre à suivre cette année, les exercices de la retraite ecclésiastique. (Pour rendre plus facile le renouvellement dans le Clergé de l'Esprit Sacerdotal) Annonce des Retraites ainsi que les dates des examens des jeunes Prêtres qui auront lieu cette année au Grand Séminaire de Quimper. [10 juin] 1876,

Lettre N° 29 de Mgr l'Évêque de Quimper et de Léon, concernant les vols nombreux commis dans les Églises du Diocèse, notamment dans celles de l'arrondissement de Brest. Il recommande instamment la vigilance la plus active pour prévenir de nouveaux malheurs et de se mettre en relation avec les autorités municipales. [16 octobre] 1876,

Lettre N° 30 de Mgr l'Évêque de Quimper et de Léon, évoquant la loi constitutionnelle du 16 juillet 1875, (chaque année, le Dimanche qui suivra la rentrée du Sénat et de la Chambre des Députés) des prières publiques seront adressées à Dieu pour appeler son secours sur les travaux de ces Assemblées. Les dispositions suivantes sont arrêtées : des prières seront faites le Dimanche 14 janvier dans toutes les Églises et Chapelles du Diocèse... [2 janvier] 1877,

Mandement N° 31 de Mgr l'Évêque de Quimper et de Léon pour le Carême de 1877, [20 janvier] 1877, p. 4-14.

Tableau de la Visite Pastorale et des Confirmations en 1877, [20 janvier] 1877,

Lettre N° 32 de Mgr l'Évêque de Quimper et de Léon, annonçant que les prières solennelles pour la rentrée du Sénat et de la Chambre des Députés (suivant la loi constitutionnelle) devront avoir lieu le Dimanche 13 janvier prochain, [1er janvier] 1878,

Lettre N° 32 de Mgr l'Évêque de Quimper et de Léon, indiquant que, suite à la loi des finances du 29 décembre dernier, les formalités à remplir pour la délivrance aux desservants et aux vicaires de leur mandat de traitement se sont multipliées. Il précise qu'il a reçu de M. le Ministre de la Justice et des Cultes, des instructions qui ont pour but de faciliter l'application de cette disposition législative. Il recommande à chacun de veiller à ce qu'il leur soit délivré un certificat de résidence, tous les trois mois. [16 février] 1877, p. 2-3.

Lettre Pastorale N° 33 de Mgr l'Évêque de Quimper et de Léon, à l'occasion du 50ème anniversaire de la Consécration Épiscopale du Souverain Pontife, [7 avril] 1877, p. 2-4.

            Lettre N° 34 de Mgr l'Évêque de Quimper et de Léon, évoquant la diminution des recettes et la crainte d'un grand déficit dans l'avenir. (Il en donne quelques causes), [16 juin] 1877,

Lettre N° 35 de Mgr l'Évêque de Quimper et de Léon, évoquant les retraites spirituelles des Prêtres et précisant les dates, [18 juin] 1877,

Mandement N° 36 de Mgr l'Évêque de Quimper et Léon, pour le Saint Temps du Carême de l'année 1878, [8 février] 1878, p. 4-14.

Tableau de la Visite Pastorale et des Confirmations de 1878, [8 février] 1878,

Lettre Pastorale N° 37 de Mgr l'Évêque de Quimper et de Léon, annonçant le décès du Saint-Père, le Pape Pie IV Après avoir consulté nos vénérables Frères les Chanoines et Chapitre de l'insigne Cathédrale de Quimper, nous avons ordonné et ordonnons ce qui suit : 7 articles (p. 3-4), [9 février] 1878,

Lettre N° 38 de Mgr l'Évêque de Quimper et de Léon, évoquant l'importance des Retraites spirituelles des Prêtres, ainsi que les dates d'examens des jeunes prêtres au Grand séminaire de Quimper, [22 juin] 1878,

Circulaire N° 39 de Mgr l'Évêque de Quimper et de Léon, (il est mentionné que cette dernière ne doit pas être lue en chaire). Par crainte de la propagation des mauvaises doctrines, Il demande une vigilance exacte, un travail incessant, un enseignement de l'Évangile mis à la portée de toutes les intelligences, un zèle actif dans l'accomplissement des devoir du Saint Ministère. Car on cherche à paralyser votre action, à détruire l'influence de votre parole, soit par une hostilité ouverte, soit par une opposition cachée ou des insinuations perfides... [20 septembre] 1878, p. 2-4.

Lettre N° 40 de Mgr l'Évêque de Quimper et de Léon, évoquant les observations qui ont été adressées par les Conférences réunies afin d'examiner le projet d'un nouveau Catéchisme, [19 novembre] 1878,

Lettre N° 40 de Mgr l'Évêque de Quimper et de Léon, concernant les prières solennelles que la loi constitutionnelle demande chaque année, le Dimanche qui suit la rentrée du Sénat et de la Chambre des Députés, pour appeler le secours de Dieu sur les travaux de nos Assemblées législatives. Elles devront avoir lieu le Dimanche 19 janvier. [8 janvier] 1879,

Mandement N° 41 de Mgr l'Évêque de Quimper et de Léon, pour le Saint Temps du Carême de l'année 1879, [2 février] 1879, p. 2-10.

Lettre Encyclique de Notre Saint-Père le Pape Léon XIII, à tous nos vénérables Frères, Les Patriarches, Primats, Archevêques et Évêques de l'univers catholique, en grâce et en communion avec le Siège Apostolique, [28 décembre] 1878, p. 11-19.

Tableau de la Visite Pastorale et des Confirmations de 1879,

Mandement N° 42 de Mgr l'Évêque de Quimper et de Léon, pour la Publication du Jubilé accordé par N. S. P. Le Pape Léon XIII, [26 février) 1879, [suivi de] Litterae Apostolicae de Léon XIII,

Lettre N° 43 de Mgr l'Évêque de Quimper et de Léon, parlant de la Visite Pastorale qu'il vient d'achever. Il souhaite que les Pasteurs restent vigilants en défendant avec une pieuse sollicitude, le troupeau confié. Il rappelle aux pères et mères de famille l'obligation dans laquelle ils étaient de veiller, dès l'âge le plus tendre à l'instruction religieuse et à l'éducation chrétienne de leurs enfants. Il évoque le nouveau catéchisme français, son intention d'aller dans le mois de septembre, rendre compte à Sa Sainteté Léon XIII, de l'administration du Diocèse. Il parle aussi des examens des jeunes prêtres, [21 juin] 1879,

Mandement et Lettre Pastorale N° 43 de Mgr l'Évêque de Quimper et de Léon pour le Saint Temps du Carême de l'année 1880, [28 janvier] 1880. [suivi] du Tableau de la Visite pastorale et des Confirmations en 1880.

Lettre N°44 de Mgr l'Évêque de Quimper et de Léon, évoquant le commencement de la Sainte quarantaine, insistant de nouveau auprès des fidèles sur l'obligation dans laquelle, ils sont d'avoir de nos jours une connaissance plus solide des vérités chrétienne. Il invite ses très-chers Coopérateurs d'examiner devant Dieu si l'amour actif et pratique des âmes qui leur sont confiées ne demande pas de faire plus pour leur instruction chrétienne. Cet examen portera sur trois points : les catéchismes, les Oeuvres utiles à la persévérance des enfants, et les instructions que vous faites à la Grand-Messe paroissiale et à la messe du matin. [14 janvier] 1880.

Lettre N°45 de Mgr l'Évêque de Quimper et de Léon, relative à la gestion et à la comptabilité des Fabriques paroissiales, [14 janvier] 1880.

Epistola Encyclica du Saint-Père Léon XIII, [10 février] 1880, p. 2-12,

Lettre N°46 de Mgr l'Évêque de Quimper et de Léon, Kemennadurez an Aotrou'n Escop a gemper Hag à Léon, Evit Coraiz Ar Bloaz 1880, Carême 1880, [28 janvier] 1880.

Lettre N°47 de Mgr l'Évêque de Quimper et de Léon, évoquant la gravité des circonstances et les difficultés des temps dans lesquels nous sommes appelés à remplir notre mission, impose cette année deux retraites ecclésiales, et évoque également les examens des jeunes prêtres au Grand Séminaire de Quimper, [5 juin] 1880.

Lettre N°49 de Mgr l'Évêque de Quimper et de Léon, suite à la retraite ecclésiastique, nous vous adressons un nouveau règlement des conférences avec le programme des questions proposées à vos études pendant l'année 1881, [29 septembre] 1880.

Règlement pour les Conférences du Diocèse de Quimper, [29 septembre] 1880.

Lettre N°50 de Mgr l'Évêque de Quimper et de Léon, annonçant que l'Église de France est dans le deuil. Elle a vu dans les semaines qui viennent de s'écouler, la dispersion de ces communautés religieuses qui, fondées depuis de longues années, sur la demande des Évêques et avec la bénédiction du Souverain Pontife, étaient une source toujours féconde de bien spirituels et même temporels. Les Religieux ont été expulsés de leurs demeures, les monastères n'ont pas été épargnés. Mais nous avons aussi, Messieurs et très-chers Coopérateurs, un grand devoir à remplir. Il faut nécessairement que, dans une nation chrétienne, Dieu soit adoré, loué, glorifié, [18 novembre] 1880.

Lettre N°51 de Mgr l'Évêque de Quimper et de Léon, rappelant les prières demandées par la Loi Constitutionnelle, pour appeler le secours de Dieu sur les travaux de nos Assemblées législatives. Ces prières devront avoir lieu le Dimanche 16 janvier prochain, [11 janvier] 1881.

Mandement et lettre Pastorale N°52 de Mgr l'Évêque de Quimper et Léon, pour le Saint Temps du Carême de l'année 1881, [14 février] 1881, [suivi] d'un Avis ne devant pas être lu en chaire, et d'un autre pouvant l'être : l'annonce de la mort de M. Pouliquen, supérieur des retraites de Quimper. Ce décès oblige à ajourner la retraite bretonne pour les hommes.

Tableau de la Visite Pastorale et des Confirmation pour 1881, [14 février] 1881.

Lettre N°53 de Mgr l'Évêque de Quimper et de Léon, annonçant le Jubilé accordé par Sa Sainteté Léon XIII au monde chrétien emprunte, aux circonstances critiques et douloureuses dans lesquelles, il est publié un caractère spécial qu'il est de notre devoir de vous faire remarquer, parce qu'il vous impose de graves obligations. Aux grands maux de grands remèdes sont nécessaires. L'indulgence plénière en forme de Jubilé accordée aux fidèles, multipliera les prières et les oeuvres pieuses qui obtiendront à l'Église la force de combattre et le pouvoir de triompher, [25 mars] 1881.

Litterae Apostolice du Saint Père Léon XIII.

Lettre Pastorale N°54 de Mgr l'Évêque de Quimper et de Léon, annonçant l'appel du Souverain Pontife qui demande des prières publiques, ces supplications solennelles qui peuvent procurer au monde le salut et la paix, [25 mars] 1881,

Mandement et lettre Pastorale N°55 de Mgr l'Évêque de Quimper et de Léon, pour le Saint Temps du Carême de l'année 1882, [2 février] 1882, [suivi] d'un avis pour la Confirmation,

Tableau de la Visite Pastorale et des Confirmations pour 1882, [2 février] 1882.

Lettre de Mgr l'Évêque de Quimper et de Léon, annonçant l'envoi du programme des Conférences n rappellent qu'il attend toujours les rapports des Conférences de l'an passé, (2 mars] 1882, [suivi] du détail des conférences de l'année 1882 [1er mars] 1882,

Lettre N° 56 de Mgr l'Évêque de Quimper et de Léon, rappelant qu'il est pour tous un devoir de méditer, Une législation nouvelle ne permet plus d'enseigner aux enfants, dans les écoles primaires, leurs devoirs envers Dieu. Elle supprime l'obligation de l'Instruction religieuse, [4 mai] 1882, p. 3-15.

Lettre N° 57 de Mgr l'Évêque de Quimper et de Léon, évoquant les Retraites pour méditer. Et annonce les dates d'examens des jeunes prêtres. Il parle également de sa dernière Lettre Pastorale sur l'Instruction chrétienne des enfants, [24 juin] 1882.

Lettre N° 58 de Mgr l'Évêque de Quimper et de Léon, annonçant le décès de M. l'abbé Jégou, Vicaire Général, [14 novembre] 1882, p. 3-4.

Lettre N° 59 de Mgr l'Évêque de Quimper et de Léon, annonce l'envoi d'un rapport émis par la Commission des Conférences ecclésiastiques, ainsi que les modifications apportées au règlement, [6 janvier] 1883, p. 2-3.

Lettre de Mgr l'Évêque de Quimper et de Léon, annonçant les prières demandées par la loi constitutionnelle, pour appeler le secours de Dieu sur les travaux des Assemblées législatives. Ces prières devront avoir lieu le Dimanche 14 janvier prochain, [6 janvier] 1883.

Lettre Pastorale N° 60 et mandement de Mgr l'Évêque de Quimper et de Léon, pour le Carême de l'année 1883, [20 janvier] 1883, p. 2-12. [suivi] d'un avis, sur décision du Saint-Siège, prescrivant de faire revivre l'ancien usage des parrains de Confirmation. Mgr rappelle à MM. Les Curés et Recteurs les recommandations, concernant la sécurité du Saint Tabernacle et de la Sacristie.

Une circulaire du Ministre de l'intérieur et des cultes en date du 22 décembre dernier, rappelle l'article 55 du décret du 30 décembre 1809 sur l'obligation d'un inventaire général et d'un recollement annuel des objets religieux, (un double devant être déposé à la mairie).

Mgr rappelle à MM. Les Curés et Recteurs d'annoncer les Retraites.

Les prêtres, ordonnés le 16 mars 1872, pourront se présenter à l'examen de cette année.

Tableau de la Visite Pastorale et des Confirmations en 1883,

Lettre N° 62 de Mgr l'Évêque de Quimper et de Léon, évoquant l'enseignement de la doctrine chrétienne. Ceci est une question de vie ou de mort pour les populations auxquelles vous avez, sur la vocation de Dieu, consacré votre vie. Vous avez fait appel à votre zèle pour chercher dans toutes les classes de la société et dans tous les villages de vos paroisses, des catéchistes volontaires, votre voix a été entendue par nos populations chrétiennes.

Mgr, parle également d'une Archiconfrérie placée sous la protection de son Éminence le Cardinal Vicaire a été établie à Rome dans l'église de Notre-Dame-des-Larmes (La confrérie est une association de prières, d'oeuvres et d'aumônes).

Pour recueillir ces aumônes, vous pourriez établir cette oeuvre de la même manière que fonctionne l'oeuvre de la Propagation de la foi. [2 mars] 1883.

Église Cathédrale de Saint-Corentin de Quimper, Confrérie de la doctrine Chrétienne, [suivi] du développement de cette confrérie et des Indulgences).

Lettre N°63 de Mgr l'Évêque de Quimper et de Léon, (rapport suite à sa Visite Pastorale), [20 juin] 1883.

Lettre Pastorale N° 65 et Mandement pour le Carême de l'année 1884, [10 février] 1884, p. 4-13. [suivi] de notes diverses : Notre Saint-Père le Pape Léon XIII, dans un bref communiqué du 24 décembre 1883, rappelle avec quelle piété le monde catholique répondant à son appel a, dans le mois d'octobre dernier, imploré le secours de la Trés-Sainte Vierge, contre les ennemis de la religion.

Chaque dimanche et chaque jour de fête dans les églises paroissiales, il ordonne que dans les litanies de la Sainte-Vierge, on ajoute des invocations.

Mgr l'Évêque exhorte vivement MM. Les Curés et Recteurs et Aumôniers à se conformer aux désirs exprimés par le Souverain-Pontife.

Par un autre décret du 6 janvier 1884, Notre Saint-Père le Pape Léon XIII, ordonne à tous les prêtres de réciter à genoux, à la fin de chaque messe basse, les diverses prières enrichies d'une indulgence de 300 jours, ceci pour obtenir les bienfaits de la miséricorde divine.

(Suivi] d'un avis : Rappel de la décision du Saint-Père de faire revivre l'ancien usage des Parrains de Confirmation. Rappel pour la sécurité dans les églises et d'annoncer les Retraites. [suivi] de quatre pages en Latin].

Tableau de la Visite Pastorale et des Confirmations en 1884, [10 février] 1884.

Lettre N° 66 de Mgr l'Évêque de Quimper et de Léon, évoquant les renseignements reçus, suite aux différentes demandes exprimées dans sa dernière circulaire. Donnant en P.S. Deux précisions : l'autorité municipale étant autorisée à faire sonner les cloches pour la fête du 14 juillet, vous donnerez l'ordre à vote sacristain de faire les sonneries demandées. Par contre, dans le cas où, en vertu de la nouvelle loi municipale, on vous demanderait la clef du clocher ou de l'Église, vous répondrez que vous ne pouvez pas le faire sans mon autorisation et vous auriez soin de m'en référer, [21 juin] 1884.

Lettre Pastorale N° 66 de Mgr l'Évêque de Quimper et de Léon, sur la Franc-Maçonnerie. Il parle des avertissements que Léon XIII, Le Vicaire de Jésus-Christ sur la terre, vient de donner dans une encyclique adressée à tous les Évêques de la chrétienté, pour vous prémunir contre les doctrines et les manoeuvres impies de la Franc-Maçonnerie et des autres sociétés secrètes qui ont les mêmes tendances et partagent les mêmes erreurs. Cette dernière est sous la puissance de Satan et obéit à ses inspirations. Ses membres méprisent la loi divine et multiplient leurs efforts pour se passer de Dieu, ou même pour agir directement contre Dieu, [20 août] 1884, p, 2-10.

En P.S. De cette lettre, Le Souverain-Pontife, pour réparer les outrages et les blasphèmes proférés par l'impiété contre la Mère de Dieu, demande un Triduum de prières qui auront lieu les 6, 7 et 8 septembre,

De Secta Massonum – Epistola Encyclica (lettre en latin de Saint-Père Léon XIII, [30 août] 1884, p. 12-23.

Lettre Pastorale N° 68 de Mgr l'Évêque de Quimper et de Léon, évoque une Encyclique adressée à tous les Évêques du monde catholique, pour demander à votre pitié les prières qui avaient été adressées l'année dernière à la Très-Sainte Vierge pendant le mois du Rosaire, [15 septembre] 1884.

Lettre Pastorale N° 69 et Mandement de Mgr l'Évêque de Quimper et de Léon, pour le Carême de l'année 1885, [30 janvier] 1885, p. 2-13. [suivi] d'un avis : décision du Saint-Siège qui prescrit de faire revivre l'ancien usage des parrains de Confirmation, puis rappel des recommandations faites pour la sécurité du saint tabernacle et de la sacristie. MM. Les Curés et Recteurs doivent annoncer les Retraites avec d'autant plus d'exactitude que des modifications ont été apportées à l'époque de ces exercices.

Tableau de l'itinéraire de la Confirmation pendant l'année 1885, [30 janvier] 1885.

Lettre N° 71 de Mgr l'Évêque de Quimper et de Léon, qui évoque que la conduite du clergé du diocèse est gravement incriminée par les ennemis de l'Église. Mais dit-il, ces accusations n'ont aucun fondement, et je suis heureux de vous rendre ce témoignage. Il évoque aussi qu'une seule retraite ecclésiastique commencera au Grand Séminaire de Quimper, le dimanche 16 août, à 6 heures du soir. Il joint également le règlement sur la sonnerie des cloches, arrêté conformément à la loi du 5 avril 1884. [29 juin] 1885.

Lettre N° 72 de Mgr l'Évêque de Quimper et de Léon, évoquant la demande du Saint-Père, le Pape Léon XIII, la continuation des prières qui, dans les deux dernières années, on été adressées à la Très-Sainte Vierge, pendant le mois du Rosaire. Les Périls qui menacent l'Église et la Société sont toujours les mêmes, ou plutôt la guerre faite à la Religion par ses ennemis a pris un tel caractère de gravité qu'il nous est nécessaire de nous appuyer sur une prière plus ardente et plus multipliée pour obtenir le secours divin dont nous sentons le besoin. [20 septembre] 1885, [suivi] du décret Urbis et Orbis, [20 août] 1885.

Epistola Encyclica du Saint-Père, le Pape Léon XIII (en latin) [1er novembre] 1855, p. 2-14.

Lettre N° 73 de Mgr l'Évêque de Quimper et de Léon, évoque l'encyclique magistrale de Léon XIII, Immortale Dei, sur la constitution chrétienne des États. Pour procurer le fruit de ces grands enseignements qui ont produit sur les esprits une profonde impression, Léon XIII nous demande d'employer tous nos efforts et accorde la grâce d'un jubilé extraordinaire que les fidèles pourront gagner dans le courant de l'année 1886, [1er janvier] 1886. [suivi] de la lettre encyclique en latin du Saint-Père, le Pape Léon XIII, p. 3-7.

Lettre N° 74 de Mgr l'Évêque de Quimper et de Léon, demandant de veiller à la perpétuité du sacerdoce, et par suite d'étudier, avec une vigilante sollicitude, la situation da, s laquelle se trouvent les séminaires dont la mission est de former à la science et à la piété sacerdotales, les jeunes gens qui, par l'imposition des mains , deviennent les auxiliaires dans l'oeuvre de la sanctification des diocésains, [30 janvier] 1886.

Lettre Pastorale et Mandement N° 75 de Mgr l'Évêque de Quimper et de Léon, pour le Carême et le Jubilé de l'année 1886, [30 janvier] 1866, [suivi] d'un avis du Saint-Siège, qui prescrit de faire revivre l'antique usage des parrains de Confirmation. En raison des travaux du Jubilé, il n'y aura pas cette année de Conférences ecclésiastiques, les Retraites auront lieu comme à l'ordinaire. L'Administration de l'Enregistrement nous a fait connaître que la vente aux enchères publiques des offrandes en nature faites à l'Église était défendue par la loi de pluviôse an 7, à moins qu'il n'y eût un procès-verbal rédigé sur timbre et enregistré.

Itinéraire de la Confirmation pendant l'année 1886, [30 janvier] 1886.

Lettre N° 76 de Mgr l'Évêque de Quimper et de Léon, évoque la piété dont les fidèles de tous les siècles on été animés pour le glorieux Saint-Corentin, premier Évêque de Quimper. Nous devons aussi au zèle, à la piété et à la science de Monsieur l'abbé du Marhallach, notre vicaire général, le bonheur d'avoir retrouvé, avec les marques de son authenticité, la précieuse relique, qui, nous en avons la douce confiance, manifestera la puissance de Saint-Corentin pour défendre, contre les ennemis de la Religion, la foi chrétienne dont il fut l'apôtre dans notre diocèse, [19 mars] 1886, [suivi] d'un Corisopiten (en latin) du Cardinal Bartolinus, [26 janvier] 1886, et d'un avis concernant le Budget des Fabriques et le Compte arrêtés doivent être communiqués au Conseil municipal.

Lettre N° 77 de Mgr l'Évêque de Quimper et de Léon, qui évoque la fin de sa Visite Pastorale. Il a pu constater le zèle avec lequel les enfants ont été préparés à la Confirmation. Vous devez maintenant, jusqu'à l'ouverture des catéchismes préparatoires à la première communion, vous occupez des plus petits enfants. Il annonce deux retraites ecclésiastiques au Grand Séminaire, [26 juin] 1886, [suivi] d'une note sur les examens et d'une rectification à faire à l'Ordo.

Lettre N° 79 de Mgr l'Évêque de Quimper et de Léon, qui annonce avoir l'intention de célébrer cette année avec plus de solennité, la fête de Saint-Corentin, premier Évêque de Quimper, patron du Diocèse. Nous sommes en possession d'une Relique insigne, le bras de Saint-Corentin. Il est de notre devoir de la vénérer. Afin que tous les fidèles du Diocèse puissent, par l'union de leurs prières, recueillir les grâces que nous attendons de cette solennité, nous ordonnons que la bénédiction du Très-Saint Sacrement soit donnée, dans toutes les Églises et chapelles, le Dimanche 12 décembre, fête de Saint-Corentin, [30 novembre] 1886.

Lettre N° 80 de Mgr l'Évêque de Quimper et de Léon, (en latin) p. 2-40.

Lettre de MM. l'abbé du Marchallac'h et l'abbé Serré, Vicaires Généraux, informant l'état de faiblesse de Mgr l'Évêque de Quimper et de Léon, à son retour de sa Visite Pastorale. Ils font un pressant appel aux prières, [27 mai] 1887.

Mandement du Vénérable Chapitre de l'Église Cathédrale de Quimper au Clergé du Diocèse, annonçant la nomination du Vicaire Capitulaire, M. l'abbé du Marchallac'h, Vicaire Général de Mgr l'Évêque défunt, [2 juin] 1887.

Mandement du Vénérable Chapitre de l'Église Cathédrale de Quimper annonçant la mort d'Illustrissime et Révérendissime Évêque de Quimper et de Léon, Dom Anselme Nouvel, de l'ordre de Saint Benoît. Il a succombé aujourd'hui, sous les étreintes du mal contre lequel il a lutté, pendant plusieurs mois, avec toute l'énergie de sa forte volonté. Nous avons fixé la sépulture au mercredi 8 juin, à 10 heures, [1er juin] 1887.

Mandement de M. Le Vicaire Capitulaire, au Clergé et aux fidèles du Diocèse. En nous confiant le soin d'administrer le Diocèse pendant la vacance du Siège, le Vénérable Chapitre de l'Église Cathédrale de Quimper et de Léon a tenu à rendre un dernier hommage à la mémoire du saint Évêque que nous pleurons. Nous avons ordonné et ordonnons ce qui suit : les prêtres réciteront, à toutes les messes, secrète et post-communion de Spiritu-Sancto, jusqu'au jour où nous apprendrons que le Souverain-Pontife a daigné instituer un Évêque de Quimper, [23 juin] 1887, [suivi] d'un avis informant qu'une seule Retraite ecclésiastique sera prêchée au Grand Séminaire, le Dimanche 21 août.

Mandement de M. Le Vicaire Capitulaire, au Clergé et aux Fidèles du Diocèse de Quimper et de Léon, annonçant l'envoi du récent décret Urbis et Orbis de la Sacrée Congrégation des Rites, [27 septembre] 1887

Mandement de M. Le Vicaire Capitulaire, au Clergé et aux Fidèles du Diocèse de Quimper et de Léon, annonçant que dans l’avis ajouté à la lettre pastorale, qui fut la dernière communication officielle de Mgr Nouvel avec son peuple, le saint Évêque demandait de la piété catholique pour célébrer les noces d’or de Léon XIII, [21 décembre] 1887, 3 p.

Par : Diocèse de Quimper et Léon

Afficher le widget sur mon site Voir tous les documents
X

Afficher le widget sur mon site

Vous pouvez afficher le ce widget sur votre site en insérant le code suivant :

<iframe src="https://widget.breizhapp.net/index.php?set=wgt_Toponymie"></iframe>

Vous pouvez également voir la liste de tous les widgets à l'adresse suivante Liste des widgets