Le fest-noz en Bretagne

vignette
picto
Gouel miz ar foën
Fête locale à Saint-Thégonnec 12 juillet 1981, plan large du bourg avec église et château d'eau, plan éloigné pris d'un champ de blé, entrée du bourg, enclos paroissial. Carton "Kerlaoudet actualités présente", vue sur affiche "Gouliez miz ar foenn, 12 juillet, 10h30 messe bretonne, 14h00 défilé, 14h30 jeux bretons à scènes rurales au terrain des sports, 15h30 concert à l'église Moueg ar Mor, 15h30 cabaret avec Manu Lannhuel, kig ar farz, spectacle au terrain des sports avec Malicorne, 23h30 fest-noz avec Sonnerien Du ». Sur image fixe avec des vaches dans un champ, indication "cameramen, prise de son, réalisation, montage Hervé Calvez", Route menant à l’église de Saint-Thégonnec avec panneau "son arc triomphal, son calvaire, son ossuaire". Pancartes "12 juillet 1981, Malicorne". Panorama sur champ cultivé et église au fond. Saint-Thégonnec, intérieur église pendant la messe, chaire à prêcher, sablière avec christ et les deux larrons, gros plan sur l'eucharistie, les retables de l'abside, chorale dans le chœur,sortie de la messe, personnes discutant devant le bar tabac et dans l’enclos paroissial. Homme prend photographie dans l'enclos, gros plan sur sculpture. Gros plan sur roses et pâquerette. Panorama sur église depuis un champ. Le rassemblement avant le défilé : Hommes portant des sabots avec de la paille devant une carriole attelée à un cheval avec inscription "ar march'ad", enfants tenant un mouton, femme en coiffe de Saint-Thégonnec, panneau "stationnement interdit aux nomades arrêté municipal de 10.5.1979", une femme ajuste la coiffe d'une participante, fumeur de pipe, rassemblement sur une place, porteurs de faux avec sabots, joueurs de bombarde et cornemuse, les participants montent dans les carrioles, Défilé avec carriole, musiciens, porteurs de faux, un faux curé qui lit son bréviaire, femmes avec coiffes. Le garde champêtre sonne du tambour, à côté quatre hommes avec une botte de choux et de poireaux à planter, un coq, arrivée au terrain des sports. Cageots de légumes, porcelets, veaux, reconstitution avec pupitres et élèves dont certains avec le bonnet d'âne d'une classe de l'école des Frères du Rusquec en date du lundi 13 juillet 1903 (démonstration avec leçon de chant avec « à la pêche aux moules », de calcul sur ardoise, de géographie), en présence du faux curé. Rémouleur, enseigne "Ostaljri chistr mad" avec stand buvette avec femme en coiffe qui sert (illustré par chant en breton sur la chopine), portraits d'hommes âgés attablés devant un verre, vielle femme distribue bouillie d'avoine et lait ribot, stand avec reconstitution d'un intérieur ancien (vaisselier avec assiettes en faïence, photographie encadrée). Gros plan sur homme avec mégot sur bord des lèvres. Des hommes assis martèlent leurs faux pour les aiguiser, remontage sur le manche en bois et démonstration. Stand « an nezeres", deux jeunes garçons en gardien de moutons, deux femmes et une petite fille dans un stand cuisine, fileuse. Stand « toulza'ch », intérieur, vannier, femmes avec châle du Léon et coiffe de Saint-Thégonnec font du crochet et du tricot. Gros plan sur broderie des coiffes dans la foule, bigoudène sous parasol vend des dentelles en picot. Clocher et porche de l'église, images sombres en intérieur avec chorale dans le chœur, Cabaret, avec Manu Lann-Huel , puis un chanteur (peut-être un membre du groupe Malicorne). Suite Gouel miz ar foën 2 (fiche 31859).

Par : Cinémathèque de Bretagne

vignette
picto
Fest-Noz
Fêtes folkloriques du Léon. Bagadoù et cercles celtiques qui défilent dans les rues (à identifier). Danses bretonnes. Concours de lutte bretonne. Fest-noz (sonneurs et chanteurs à identifier). Les sœurs Goadec au chant. La Kevrenn Brest St Marc.

Par : Cinémathèque de Bretagne

vignette
picto
Une nuit en Bretagne
Regard singulier sur le fest-noz en tant que réalité culturelle d’aujourd’hui. Notoires ou anonymes, les personnages du film se livrent sans fard et transmettent leur vision du fest-noz, avec sincérité, un brin d’amusement parfois mais toujours avec beaucoup de passion..

Par : Bretagne et diversité

vignette
picto
Chanson Job Kerlagad
Chanson de Job Kerlagad, en fest noz, accompagné des Trouzerions.

Par : INA

vignette
picto
N'estiman ket un ti war ar maez - Fest-noz Lokarn
Fest noz Lokarn zo bet komposet gant Yves Calvez.

Par : Dastum

vignette
picto
Fest-noz Pellan

Par : Dastum

vignette
picto
Fest-Noz Géant Fête de l'Humanité

Par : Dastum

vignette
picto
Concarneau portes ouvertes ; fest-noz
Voyage à Concarneau, juin 1978 ; porte ouverte I.M.P.R.O. du Valais, juin 1978 ; neige à Saint-Brieuc, juin 1979 ; fest-noz, château, juin 1979.

Par : Cinémathèque de Bretagne

vignette
picto
Bal fisel

Par : Dastum

vignette
picto
Gavotte fisel
gavotte ?

Par : Dastum

vignette
picto
Les Frères Morvan aux Rencontres Trans Musicales d
En Bretagne, les trois Frères Morvan, paysans de leur état, animent les fest noz depuis plus de quarante ans. Lors de leur prestation entièrement a capella, ils n'auront qu’un seul but : vous faire danser sur du Kan Ha Diskan, tradition bretonne par excellence.

Par : Association Trans Musicale

vignette
picto
Les loisirs en campagne
Extrait du film "Au paysan breton ou la mémoire du sabot" de Patrick Camus. Dans le pays de Gourin, les loisirs pour les jeunes sont rares. Ils se rejoignent parfois au café pour écouter de la musique. Les anciens quant à eux, se retrouvent au fest noz ou à la veillée pour chanter des chants traditionnels bretons.

Par : INA

vignette
picto
Spontus aux Rencontres Trans Musicales de Rennes (
Formé en 1996 par quatre collégiens et lycéens de la région de Lannion, Spontus intègre les sonorités du violon, de l'accordéon, de la guitare, de la contrebasse, du piston, de la bombarde et du biniou Kozh dans ses combinaisons festives, comme en témoigne son album éponyme enregistré en février dernier. Aujourd'hui fort de six membres, Spontus fédère les fest'noz par ses thèmes traditionnels et ses propres compositions.

Par : Association Trans Musicale

vignette
picto
Fest-noz de soutien à Trégor-Vidéo
Il était une fois une belle association qui s'appelait Trégor-Vidéo. Dotée de plusieurs salariés, elle a été, pendant 20 ans, le fer de lance de la télévision de proximité dans le Trégor. Une télévision locale portée au départ par les élus locaux et le pôle télécoms de Lannion. Pour la petite histoire, Trégor-Vidéo était issue de la fusion de VIDEOTEC (productrice de programmes) et de VIDEOCOM (gestionnaire du Réseau Vidéo du Trégor en fibre optique). Ce petit miracle n'a été possible que grâce au soutien financier, pendant plus de 20 ans, des collectivités locales (communes, communautés de communes, département). Et puis, patatras ! Après l'an 2000, au fil des années, malgré de nombreuses démarches, les subventions publiques se sont raréfiées, sans justification. L'attention des élus locaux s'est détournée de cette belle aventure qui ne demandait qu'à perdurer, pour continuer à prouver le dynamisme technique et créatif du Trégor. Quel gâchis ! En guise de tentative de la dernière chance, mais sans trop y croire, Trégor-Vidéo a organisé au printemps 2010, à Pleumeur-Bodou, un fest-noz de soutien qui s'est révélé être un fest-noz d'adieu. Cet événement a, bien sûr, été mémorisé en images par Trégor-Vidéo elle-même. C'est cette fête au goût amer, mais pleine de musique et de gaité que nous vous proposons de revivre aujourd'hui. Trégor-Vidéo a produit pendant toutes ces années un nombre considérable de reportages, de magazines (édités en cassettes VHS au début), de documents vidéo pour des associations ou des entreprises. Elle a organisé des plateaux TV, réalisé d'innombrables captations de spectacles. Tout cela, fort heureusement a été sauvegardé et en grande partie numérisé. Aujourd'hui, TV-Trégor, héritière de Trégor-Vidéo (mais sans aucun salarié), a l'honneur et le plaisir de faire partager ces documents d'archive aux trégorrois et ... au monde entier puisque le miracle du web nous permet d'être vus "worldwide". Mais, assez bavardé . Place à la musique et à la danse bretonne ...

Par : TV Trégor

vignette
picto
Une tradition au XXIème siècle - Quels sont les di
La réalité de la pratique des musiques traditionnelles en Bretagne est avérée et reconnue en France et sur le plan international (UNESCO). Pour autant, la façon de vivre et de pratiquer la tradition en Bretagne n’a cessé d’évoluer depuis deux siècles pour prendre des visages multiples. Les communautés musicales réinventent en permanence leur façon d’agir et de penser la musique. Fest-noz, salles de spectacle, café-concerts et festivals : quels sont les lieux de la pratique musicale bretonne aujourd’hui ? Quelle conception de la musique se fait jour dans ces espaces ? Quelles perspectives pour les pratiques des musiques traditionnelles au 21e siècle ?

Par : L'aire d'u

vignette
picto
Témoignages – À la croisée des contextes
Historiquement pratiquée sur scène (groupe folklorique, cercles celtiques, ballets populaires) dans un format spectaculaire et ayant investi le bal (fest-noz puis bal folk), la danse traditionnelle s’inscrit aujourd’hui dans de nouveaux contextes, spécifiques ou non, et prend de nouvelles formes, pour lesquelles les musiciens jouent un rôle parfois important. Souvent très impliqués dans ces démarches, ils peuvent aussi être force de proposition voire même à l’origine de projets pour certains. Ce premier temps se veut une vitrine de ces nouveaux contextes, ou ces nouvelles formes en laissant la parole aux acteurs et porteurs de projet. Intervenants : Stéphane HARDY Étudiant en Master au Pont Supérieur Nolùen LE BUHE Chanteuse (chant traditionnel breton) Ivan RAJALU Ivan du rêve Tristan GLOAGUEN sonneur et danseur confirmé Modérateurs : Christophe APPRILL et Emmanuel PARENT

Par : L'aire d'u

vignette
picto
Hastañ, le temps d'un disque
Fondé au début de l'hiver 1995 par Cédric Leroy (bombarde), Stéphane Foll (biniou), Pierre Stéphan (violon), Yann Guirec Le Bars (guitares), Jean-Luc Thomas (flûte traversière en ébène) et Olivier Le Brouder (son), le groupe Hastañ s'impose dès l'année suivante dans les festoù-noz du Trégor, puis dans les festivals bretons. De festoù-noz en festivals, Hastañ s'est produit en compagnie de très grands artistes, comme Jean-Michel Veillon, Yvon Riou ou Les frères Morvan En 1997/98, après une excellente tournée, Hastañ, grâce au producteur An Naer Production, enregistre un disque en public. C'est cette aventure musicale qui est racontée dans le reportage que nous présentons aujourd'hui, 20 ans après. Ensuite, au début des années 2000, le groupe de fest-noz s'est arrêté.

Par : TV Trégor

vignette
picto
Les Ours du Scorff aux Rencontres Trans Musicales
Quels sont les points communs entre l'Ours, le fest noz et Henri Dès ? A priori aucun... Et pourtant. Ces ours-là sont cinq - autour des fameux Laurent Jouin et Gigi Bourdin -, habitent le Centre Bretagne, pratiquent l'art de la musique celte depuis longtemps et ont enregistré La Maison Des Bisous à l'attention des enfants. Le Retour D'Oné, leur troisième album, possède toujours ce charme hors contexte, mâtiné d'humour et d'autodérision. Si leurs chansons font rire les petits, elles n'en possèdent pas moins plusieurs degrés de lecture, propres à embarquer les plus grands dans leur sillage festif et joyeux. Grâce à ces Ours, qui ont reçu le Prix de l'Académie Charles Cros en 1995, les termes folk et traditionnels peuvent aussi rimer avec humour décapant.

Par : Association Trans Musicale

vignette
picto
Coray 1981, les fêtes
Film réalisé par René Métairie. Deux bobines de 160 mètres 1/ 2 : L'affiche dit : " Coray, les ". Partie de football amateur. Le concours de boules. Comme tous les ans, M. métairie filme les boulistes urinant dans le fossé. Course à l'oeuf , course en sac et course des enfants avec un chien en laisse. (Virage magenta, film craquelé en fin de bobine (champignons ?) 2/2 : Une affiche dit : Coray, 15 août, Fête de la moisson. Défilé de 400 costumes et spectacle folklorique". Préparatifs du défilé. Les cercles celtiques, bagadou, troupes folkloriques de Galice, Pays de Galles, Provence et Auvergne. Danses sur la chaussée. Les anciens, comme chaque année, investissent l'estrade, devant la foule endimanchée, c'est la démonstration du battage au fléau. Un pause s'impose, c'est la bolée de cidre. Danses bretonnes assez acrobatiques. Dans le public, la mode est au bob. Danses provençales. Discussions aux alentours de la buvette. Les danseurs et danseuses se succèdent sur la scène.Un groupe de chanteuses. Prises de vues le soir, le fest noz, (sousexposé).

Par : Cinémathèque de Bretagne

vignette
picto
Stivell, Kirjuhel au Larzac...
Alan Stivell en concert (N/B). Kerjuel au Larzac. Festival de Kertalg près de Quimperlé (Brenda Wooton). Jeux populaires. Fest-noz en soutien aux ouvriers des Etablissements Guichaoua. TORR E BENN, La contestation a d’autres voix A l’inverse des autres, le groupe Torr e Benn, créé en 1972 lors de la grève du Joint Français de Saint-Brieuc, est un collectif sans existence “officielle”. Le groupe réalisera jusqu’en 1975, des films spontanés mettant en images des grèves et des manifestations. Dans la mouvance des idées de Mai 68, mais d’horizons différents, les membres du collectif sont entre la Bretagne et Paris : Jean-Louis Le Tacon est alors étudiant en sociologie à Rennes, Patrick Prado, a déjà participé à l’Association Populaire d’Image Cinéma (APIC) à Paris, il y a aussi Geneviève Delbos. Torr e Benn tire son nom de la devise des paysans révoltés de 1775, les bonnets rouges, dont la devise était “casse-leur la tête” Les films étaient réalisés en Super 8, souvent “saisis au grand capital”, expédiés au labo et montés quinze jours plus tard pour être diffusés. La vidéo sera rapidement utilisée pour une plus grande liberté d’action : “on filmait le matin, on montait –ou pas- l’après-midi et on diffusait le soir” “ D’abord ce qui importait, c’était principalement l’engagement militant auprès des ouvriers bretons et des paysans, ainsi que dans le mouvement breton, et cela dès le début. ” Jean-Louis Le Tacon

Par : Cinémathèque de Bretagne

vignette
picto
La coiffe du pays FANCH
Le Pays FañchSitué en Centre-Bretagne, au Sud-ouest des Côtes-d’Armor, le Pays Fañch est, comme tout le cœur de la Bretagne, un haut lieu du renouveau du fest-noz, avec sa « Dañs Plinn » caractéristique et ses sonneurs de clarinette. Là se trouve le plus grand chaos granitique de Bretagne, et les Gorges du Corong, situées sur la commune de Locarn, constituent un attrait touristique majeur. Le fleuve Blavet imprime également sa marque dans le paysage, passant notamment par Trémargat et Gouarec.C’est une région où l’agriculture et l’élevage dominent : éleveurs de génisses, spécialisés dans les animaux à haut potentiel génétique, côtoient paysans passionnément tournés vers l’agriculture biologique. Ces derniers ont d’ailleurs créé « Biozone », foire biologique de Mûr-de-Bretagne à résonance nationale, qui en est à sa 30me édition en 2015. C’est un pays de passionnés, attachés à un territoire où il fait bon vivre.C’est aussi le pays, entre autres, des Frères Morvan, de Marcel Guilloux et de Yann-Fañch Kemener.La coiffe du Pays FañchSelon le classement de R.-Y. Creston que nous prenons comme référence, elle fait partie du groupe de Carhaix et comprend les communes suivantes : St Nicolas du Pelem, Plounevez-Quintin, Canihuel, Corlay, Plussulien, St Igeaux, Ste Tréphine, Plouguernevel, Gouarec, Laniscat, St Gelven, Perret, Ste Brigitte et en partie les communes de : St Mayeux, Caurel, Plélauff, Trémargat, Lescouët-Gouarec.Au XIXe siècle, étaient portées une grande coiffe de cérémonie qui évoluera vers la Korledenn portée dans la région de Carhaix et, parallèlement, une coiffe plus petite, la « Koef Sionn » dont le porté se rapproche de celui des coiffes du pays Gallo. Au début du XXe siècle, les femmes portent une coiffe encore simplifiée, pour adopter finalement entre les deux guerres une coiffe très légère en filet carré ou en filet irrégulier d’une grande finesse.Alors que classée dans le groupe de Carhaix du fait de sa forme, la coiffe du Pays Fañch, se caractérise par un porté particulier par rapport à sa voisine de Carhaix dans la mesure où la chevelure, bien que ramassée en un chignon bas dans une résille retombant presque sur le cou, n’est pas recouverte par la coiffe. Cette coiffure vient de Haute Bretagne, toute proche.Cette caractéristique dans le port de la coiffe aurait valu, assez récemment, le sobriquet de « Fanchon » aux femmes la portant, signifiant délurée, légère. Ce serait, semble-t-il l’origine du nom du pays, Pays Fañch ».
Auteur(s) du descriptif : ijin ha Spered ar Vro

Par : L'inventaire du patrimoine

Afficher le widget sur mon site Voir tous les documents
X

Afficher le widget sur mon site

Vous pouvez afficher le ce widget sur votre site en insérant le code suivant :

<iframe src="https://widget.breizhapp.net/index.php?set=wgt_festnoz"></iframe>

Vous pouvez également voir la liste de tous les widgets à l'adresse suivante Liste des widgets